Journal d’un confiné.

Jour 1.

Je me suis réveillé à 14 heures aujourd’hui. J’ai été sorti de ma torpeur par le chant des oiseaux, et les collines qui se dressent à ma fenêtre n’ont jamais paru si lointaines.

Une matinée comme les autres, finalement.
Sauf que je ne peux pas sortir de chez moi.

Enfermé.
Condamné à errer dans les 140 m² de l’habitation, ainsi que les quelques hectares de la propriété. La semaine va être longue.

Le vent souffle sur les champs de bruyère. Alors que je plonge le nez dehors, les enfants sont déjà sur leurs chevaux.

Ma prison sans barreaux


Les enfants ont l’air heureux. Anne arbore un large sourire. Elle n’avait pas souri comme ça depuis le jour où elle a découvert qu’elle était acceptée à son conservatoire de violon, alors que sa meilleure amie, non.

Je sais que Benjamin va bien car il se livre à son activité favorite : jeter des petits cailloux sur les employés de maison afin qu’ils fassent mieux leur tâche, ou plus vite. Ou juste par plaisir, je ne sais pas trop pourquoi il fait ça. Peut-être qu’il est surdoué, il va falloir que je le fasse tester.


A 15 heures, le livreur UberEATS sonne : il est aux grilles de la propriété. Nous descendons avec Anne et Benjamin.

Anne se demande si ce n’est pas trop dur pour lui d’aller travailler. Benjamin lui jette des cailloux en le traitant de pestiféré. Je le réprimande, je saisis son caillou et lui montre qu’il faut viser le livreur avec une trajectoire en cloche. De toute façon, dans une semaine il sera probablement mort du virus.


Je sonne le majordome qui arrive en courant. Le masque anti-virus lui donne un air fatigué. Ou alors c’est le fait d’arriver en courant.

Une bouteille de Gewurzt, voilà une bonne idée. Un petit quelque chose pour supporter l’enfermement. Allez me chercher une bouteille, mon brave.

« Attention, il ne nous en reste plus que 8. »
« Après il faudra boire du Riesling ». Pourquoi la vie est-elle aussi cruelle. Qu’ai-je fait au monde pour que cet apocalypse me tombe dessus.


A 15 heures, le livreur UberEATS sonne : il est aux grilles de la propriété. Nous descendons avec Anne et Benjamin.

Anne se demande si ce n’est pas trop dur pour lui d’aller travailler. Benjamin lui jette des cailloux en le traitant de pestiféré. Je le réprimande, je saisis son caillou et lui montre qu’il faut viser le livreur avec une trajectoire en cloche. De toute façon, dans une semaine il sera probablement mort du virus.


Je sonne le majordome qui arrive en courant. Le masque anti-virus lui donne un air fatigué. Ou alors c’est le fait d’arriver en courant.

Une bouteille de Gewurzt, voilà une bonne idée. Un petit quelque chose pour supporter l’enfermement. Allez me chercher une bouteille, mon brave.

« Attention, il ne nous en reste plus que 8. »
« Après il faudra boire du Riesling ». Pourquoi la vie est-elle aussi cruelle. Qu’ai-je fait au monde pour que cet apocalypse me tombe dessus.

Les rayons de Gewurtz dans les magasins

Je suis abasourdi. Je comprends enfin ce que les paysans irlandais ressentaient au 19è siècle lors de la famine de la pomme de terre.


En début de soirée, je décide de faire une ballade à cheval pour tromper l’ennui.

Mais à peine ai-je fait deux kilomètres que je me retrouve face à la clôture qui signale la fin de la propriété. Satané virus.


Cette nuit, c’est camping avec les enfants dans la partie de la propriété où le sol est le plus meuble. Rien de tel qu’un changement de décor pour se sentir moins enfermé.

camping dans la vallée


On est un peu à l’étroit, la tente fait un peu plus de 20 m². Alors qu’il plante les piquets, le majordome m’indique que ça lui rappelle son appartement parisien.

Il ne faut pas être ridicule. Personne ne vit dans vingt mètres carrés, il y a à peine de quoi étendre les jambes. Il faut arrêter de vivre dans un conte de fées, mon bon Grégoire.

Pour la peine, Grégoire dormira dans la boue. Enfin, si on peut parler de dormir, vu que Benjamin a cette fâcheuse tendance à jeter des cailloux à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un employé. Je me demande s’il est surdoué, il va falloir que je le fasse tester.


Jour 2.


Cela ne fait qu’une journée mais j’ai l’impression que cela fait un siècle. Lorsque j’avais acheté la propriété avec ma défunte épouse, il arrivait que l’on se perde dans les couloirs.

Aujourd’hui, tout parait petit. Je comprends enfin ce que ressentent les prisonniers de Guantánamo après deux semaines d’isolation totale.

condamné à errer sans but dans l’un des quatre salons



Cécile me manque. Il parait qu’en ce moment, le confinement augmente le nombre de violences conjugales. Malheureusement, je n’ai personne sur qui taper pour briser l’ennui.

Je vais faire un footing dans la propriété, et me laisse entraîner dans un petit chemin de terre que je n’avais jamais vu auparavant.

« Confinement ».
Ce mot résonne dans ma tête à partir du troisième kilomètre.


Lorsque je rentre, les enfants ont installé un badminton tandis que les 14 employés de la maison entament un barbecue.

Je les réprimande, bien sûr, car il est 13 heures et que leur pause est terminée. Ils doivent immédiatement regagner leurs quartiers, mais je leur dis de laisser les saucisses : ce ne sera pas perdu pour tout le monde.

Alors qu’elle joue au badminton, Anne a le visage grave.

« Père, j’ai très envie de participer à un match de polo aujourd’hui. Mon cheval a envie de se dégourdir les jambes »

Elle ne peut pas. Elle n’a que 8 ans, mais elle a déjà pris conscience de la gravité de la situation.

petit badminton dans le jardin



Soudain, Benjamin s’arrête de jouer et se saisit d’une pierre. Il la jette dans la direction opposée ; c’est alors que je me retourne et que je découvre Alfonso, notre employé du bâtiment chargé de refaire la toiture de l’aile nord de la propriété.

Alors qu’il s’abrite tant bien que mal des pierres qu’il reçoit, il me signifie qu’il ne veut plus venir travailler à cause du virus. Qu’il prend trop de risque en venant ici en transports en commun.

En voilà un qui n’a pas compris ce que ressentaient les soldats de la seconde guerre mondiale lors du débarquement en Normandie. Mettre sa vie au service de ses idées ou du béton, certains ont soit trop de plomb dans la cervelle (Alfonso), soit pas assez (les soldats).


Jour 3.

Ce matin au petit déjeuner, j’ai fini la 8è bouteille de Gewurzt. Je suis donc obligé de boire du Riesling.

C’est moins bon.

Peut-être même que si ça continue, il va falloir que je boive du vin rouge. Cette perspective me fait froid dans le dos, je préfère ne pas y penser.


A 11h, Anne est introuvable. J’appelle immédiatement le maître chien et lui présente des vêtements avec son odeur. Ouf, elle était simplement vers la partie boisée de la propriété, à côté d’un étang que je n’avais jamais vu car il n’est pas indiqué sur les cartes. Il va falloir que j’embauche un cartographe afin de mettre à jour nos documents.

je n’avais jamais vu cette partie-là de la propriété


En fin d’après-midi, nous sommes en vidéo-conférence Skype avec les Dufour. Les pauvres vivent le confinement encore moins bien que nous, il sont bloqués à trois dans un 90 m² avec seulement deux de leurs employés. Autant dire que l’ambiance est suffocante.

Lorsqu’un employé des Dufour passe devant l’écran pour leur apporter une bouteille de Gewurtz (apparemment leurs stocks à eux sont pleins), Benjamin jette un caillou par réflexe.

L’écran est brisé, fin de la vidéo conférence.

Je vais essayer de continuer ce journal mais j’ai peur que la solitude n’ait raison de … de ma raison, justement.

J’espère que ce récit pourra vous aider à tenir, même si votre situation est sans doute moins grave. Si tout va mal, un conseil : allez faire un tour à cheval.

Quand à moi, je vais essayer de me faire au goût du Riesling. De toute façon, je n’ai pas le choix.





TOP 5 DES ENDROITS SYMPA POUR SE FAIRE LARGUER

Qui n’aime pas le printemps ?

C’est la saison romantique par excellence : la nature reprend ses droits, les bourgeons apparaissent et les hirondelles reviennent avec plein d’histoires à raconter.

Mais il faut bien se rendre à l’évidence : l’été est arrivé, et désormais, c’est votre couple qui bat de l’aile.

Comme un chevreuil avant l’ouverture de la chasse, vous sentez venir la douille ? Invitez donc votre partenaire dans un des endroits suivants afin de vous aménager un petit moment de rupture sympa.

1) Le musée du samouraï à Tokyo, quartier de Shinjuku

C’est dans le hall d’entrée, sobrement intitulé ハムサンドイッチ («la salle des ruptures») que vous débuterez les hostilités.

Elle vous reproche de l’avoir trompée avec sa meilleure amie ? Elle affirme que les samouraïs ont décidément beaucoup plus d’honneur que vous ? Vous ne savez pas trop quoi lui répondre ?

Par chance, la lame d’un sabre Sojiro™ est plus aiguisée que votre sens de la répartie. Un petit duel au sabre sera l’occasion de constater que même une femme bafouée peut mourir avec élégance.

Jamais vous n’aurez eu une aussi bonne raison de l’appeler votre moitié.

Notre pro tip : en sortant, direction le Makoto Sushi, où des chefs découpent des sushis devant vos yeux. L’occasion de se préparer pour un futur duel au sabre contre un saumon.

2) Le MacDonald’s de Nogent le Rotrou

Ce MacDonald’s !

Il vous en rappelle des souvenirs, à vous et votre partenaire ! C’est l’endroit de votre premier rendez-vous, puis de votre second rendez-vous, puis de votre anniversaire de rencontre, puis de vos fiançailles.

A chaque fois, une expérience différente : La variété de la playlist. Le renouvellement de la carte des burgers. Les serveurs qui ne sont jamais les mêmes. (car eux ne sont pas renouvelés)

Finalement la seule constante depuis toutes ces années, c’est votre partenaire qui fait la gueule parce que vous imposez le choix du restau.

Vous séparer, c’est peut-être une bonne idée finalement.  Grâce au goût fumé du Big Mac, la rupture n’est pas la seule chose que vous aurez du mal à digérer ce soir.

Notre pro tip : n’oubliez pas de prendre plusieurs serviettes pour essuyer vos larmes.

3) Dans le port de Toulon, lors d’une plongée en sous-marin de 6 mois

Certes, vous êtes militaires, mais vous êtes avant tout des adultes responsables.

Ce sera difficile d’ignorer quand elle fera l’amour avec Franck, son nouveau partenaire, dans votre chambre de 5 m².

Espérons qu’elle montrera autant d’aisance pour viser les sous-marins adverses que pour torpiller votre couple.

Peut-être qu’un jour, au bout de 45 jours sans voir le ciel, vous trouverez un compagnon de solitude : un tabouret. Malheureusement, vous constaterez avec amertume que la faible hauteur sous plafond ne permet même pas de se pendre.

Notre pro tip : les téléphones mobiles sont interdits sous l’eau mais vous pouvez communiquer via Periscope.

4) La boite de nuit gay « Berghain » à Berlin

 « JE TE LARGUE »

« QUOI »

« NON JE DISAIS JAI ENVIE QUE CA S’ARRETE ENTRE NOUS »

« OUAIS MOI AUSSI J’ADORE CETTE MUSIQUE C’EST LE NOUVEAU BOB SINCLAR »

Notre protip : Profitez de l’alcool pour séduire une fille qui lui ressemble. 

5) Lors de votre entretien annuel à La Défense

C’est un peu de votre faute, on vous l’avait dit : « no zob in job ». Vous auriez peut-être compris le sens de cette phrase si vous étiez bilingue.

Résultat : elle est votre manager, et votre entretien annuel est placé sous le signe de l’ambiguïté. Vos ventes sont insuffisantes. Vous arrivez trop tard le matin. Vous ne faites pas l’amour de façon satisfaisante. Bordel, parle-t-elle de boulot ou de votre couple ?

Il vous faudra désormais voler de vos propres ailes, ce qui vous aidera à vous jeter du vingt-neuvième étage de cette tour. Espérons que votre Business Angel veille sur vous.

Protip : accrochez-vous à votre job et négociez une augmentation de 5% pour payer la pension alimentaire.

Quizz : Quel type de stand-uper (euse) êtes vous ?

Vous avez toujours rêvé de monter sur scène, ou peut-être que vous êtes déjà un(e) humoriste confirmé(e) ? À quelle famille de stand-up appartenez-vous ?

Que vous ayez pour objectif de jouer un jour à l’Olympia ou simplement d’arrêter de décevoir vos parents, laissez-vous guider par ce quizz élaboré par nos soins !

Le moment de vérité !

 

1- Vous avez été invité(e) à jouer dans une scène ouverte pour la première fois. On vous a prévenu que le public est un peu difficile. Il y aura des femmes, des personnes âgées et des enfants. Le sujet de votre première blague ?

♠  La trisomie, pour mettre tout le monde à l’aise
♥  Les contes pour enfants, un sujet accessible à tout le monde
♣  Votre petit-déjeuner, pour montrer ce que vous avez dans le ventre lol
♦  Le sujet de votre première blague, comme celui de votre dernière blague , ce sera la bite. De toute façon, vous n’avez que ça en stock.

2- Complétez cette blague : j’aime mes femmes comme j’aime mes journaux …

♣  Avec une page des sports
♥  Intelligentes et un peu déchirées
♦  Bonnasses
♠  Ouvertes en deux sur la voie publique

3- Ce soir vous passez en premier, c’est à vous de chauffer la salle. Votre premier contact avec le public :

♦  Classique. « Il y a des couples dans la salle ? »
♥  Ambigu. « Quelqu’un a vu le dernier reportage sur Mickael Jackson ? »
♣  Profond. « Vous saviez que les triangles rectangles, ce ne sont pas vraiment des rectangles ? »
♠  Chaleureux. « Quelqu’un a le sida ? »

Un chauffeur de salle efficace

4– Le week end, vous êtes …

♥  dans un café, en train d’écrire
♦  sur Netflix en train de pomper des blagues aux humoristes américains
♣  en train de chercher des passants à qui raconter vos blagues.
♠  avec un pote qui vous raconte, les larmes aux yeux, sa dernière rupture. Vous prenez des notes, c’est de l’or ce truc

5– Au milieu de notre nouveau set de 5 minutes, il y a cette blague sur le sexisme, que beaucoup de gens trouvent un peu choquante …

♥  On ne risque rien à se taire. Vous la retirez, vous n’allez pas risquer votre set juste pour une blague
♠  Là où l’espoir s’arrête, le courage commence. Vous la dites systématiquement 6 fois.
♣  À l’impossible nul n’est tenu. Vous ajoutez quatre minutes d’explication de blague, tant pis si ça dépasse.
Le sexe, c’est la vie. Vous remplacez le mot « sexisme » par le mot « bite » afin d’obtenir une blague de qualité.

 

Cette femme aime votre humour.

 

6– Votre pote vient de bider sur scène.

♠  C’est sans doute de la faute du public qui n’était pas fan de son style d’humour
♥  Vous le réconfortez tout en lui indiquant un ou deux points à améliorer pour les prochaines fois
♣  Je sais pas si on peut vraiment parler de bide, les gens ont applaudi quand il est monté sur scène
♦  Il a bidé ? Ce n’est plus votre pote.

 

Deux de vos potes juste après cet open mic où tout a basculé

7- Complétez cette blague : j’aime mon café comme j’aime …

♥  Mes ruptures : avec beaucoup d’amertume et un petit goût de reviens-y
♠  Mes victimes de violences policières, bien noir(es)
♦  Mes femmes, bien chaudes lol
♣  Mon café

8– Le Comedy Club touche à sa fin, il est temps de faire passer le chapeau pour récolter des $$$. Une petite blague pour faire passer la pilule :

♠  « Donnez-nous de l’argent ou on vous défonce »
♥  « Ce que vous mettrez dans le chapeau sera une note sur 20 en euros »
♣  « C’est dommage, j’ai un chapeau mais j’ai oublié mon lapin »
♦  « J’ai un problème d’audition, ne mettez pas des pièces mais des billets »

 

Vous avez un maximum de ♠ :

Vous êtes un(e) humoriste hardcore. Tout est bon pour surprendre, en particulier la noirceur, et le mot « choquant » ne fait pas partie de votre vocabulaire.

Vos blagues racistes rencontreront un franc succès auprès du public, à la fois chez les 1% de gens qui comprendront que vous dénoncez le racisme et chez les 60% de racistes décomplexés.

Votre meilleur pote trouve que vous êtes hilarant(e). Vos parents n’oseront jamais montrer vos vidéos à leurs proches.

Vous avec un maximum de ♥ :

Vous êtes un(e) humoriste goleri. Votre écriture fine et intelligente vous vaut une réputation très solide dans le milieu.

Malheureusement, à cause de votre absence de signe distinctif (origines difficiles, sexualité alternative, handicap visible), il est peu probable que le monde du spectacle se souvienne un jour de vous.

Pensez à changer de sexe ou à survivre à un crash d’avion si vous souhaitez marquer le grand public.

Vous avez un maximum de ♦ :

Vous êtes un(e) humoriste efficace. Vous avez bien compris que l’amitié et l’éthique ne sont que des moyens d’arriver à vos fins. Les amis que vous aviez quand vous avez commencé le standup étaient bien sympa, mais ils ont moins de 1000 abonnés Instagram et cela vous ralentit.

Le meilleur sujet de blague ? La bite. Le pire sujet de blague ? La bite. Votre spectacle contient tellement de fois le mot pénis que vous pourriez contacter le Guinness Book, et les salles sont pliées en deux quand vous mimez une fellation avec le micro.

Continuez comme ça, c’est la voie royale vers le Jamel Comedy Club ! Peut-être même que vous y êtes déjà passé, dans ce cas essayer de varier un peu en écrivant sur un autre sujet. Par exemple : le vagin

Vous avez un maximum de ♣ :

Vous êtes HumourMan.

Sources de l’article :
La page « Humour » sur Wikipédia
Le Rire de Bergson
Le Facebook d’HumourMan

Pourquoi j’ai décidé de devenir pesco-végétarien

Aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours aimé la viande. La viande est une source de protéines, la viande est une marque de virilité. La viande donne du goût au repas.

Je savais vaguement que cela provenait d’un animal mais je ne m’étais jamais trop posé la question.

Une viande dans son habitat naturel

Et puis, en 2017, j’ai regardé le film Okja. J’ai été bouleversé par l’histoire de cette petite fille, qui se prend d’amitié pour un cochon géant, et qui refuse peu à peu de soutenir l’exploitation industrielle des animaux. Elle ne se nourrit que du fruit de sa pêche.

Ce film fut une révélation. Les animaux (sauf les poissons) sont des êtres sensibles. Ai-je le droit de manger un pauvre poulet innocent entre deux filets O’ Fish ? Les animaux (sauf les poissons) ont toujours été mes amis. La place d’un animal n’est pas dans une assiette (hormis les poissons)

Et puis, sur Internet, je suis tombé sur des vidéos d’abattoir. J’ai vu des cochons hurler et des vaches pleurer de douleur. Tout ça est tout bonnement insupportable. Au moins, les poissons ont la décence de se taire.

Quand on a le même parcours que moi, on remarque l’hypocrisie des gens. Les chats et les chiens sont sympa et mignons donc ils sont nos amis, mais les cochons sont gros et sales donc on a le droit de les manger ? C’est absurde ! Alors qu’on pourrait tous manger du poisson.

Je n’ai pas le droit de faire souffrir un animal. (sauf un poisson) L’animal qui est dans mon assiette a un prénom, une famille, une histoire (sauf les poissons qui sont juste des numéros).

Numéro 457864 se lie d’amitié avec numéro 7513245

Les animaux ne sont pas très différents de nous. Il y a beaucoup de similitudes entre leur cerveau et le nôtre. Les éléphants éprouvent de la difficulté à dormir après la mort de l’un de leurs proches, les rats s’entraident pour progresser dans des labyrinthes, les oiseaux créent leur propre langage. Quant aux poissons, ils sont à peine capables de courir un 100m.

Le concept original du Filet O’ Fish lol

Bref, rejoignez moi et troquez votre couteau de boucher pour une canne à pêche afin d’avancer, ensemble, vers un monde meilleur (sauf pour les poissons).

MON EXPÉRIENCE ZÉRO DÉCHET

Je ne sais pas si vous avez entendu parler de ce truc, le réchauffement climatique. C’est un problème vraiment grave.

Comme vous sans doute, j’ai réduit ma consommation de viande et je trie mes déchets. 

Mais j’ai décidé d’aller plus loin et de devenir Zéro Déchet, pour offrir un monde meilleur à mes 12 enfants (que j’élève de façon flexitarienne malgré l’avis de mon médecin)

Le déclic, je l’ai eu lors de mon voyage en Malaisie :

J’ai vu des décharges à ciel ouvert et c’était horrible. Je ne pouvais pas continuer à consommer du plastique.

Le truc, c’est d’acheter en vrac : il y a plein d’aliments qui sont emballés de façon systématique, même dans les magasins bio ! Prenons par exemple ce sel de l’Himalaya :

Il est emballé dans un sachet plastique. 

Je préfère faire un aller-retour vers l’Himalaya pour aller en chercher dans mon Tupperware. C’est plus écologique je crois, même si bon j’ai fait le calcul un peu vite parce que j’étais jetlaggué après mon week-end à Bali.

Et là, j’ai réalisé qu’il y avait un truc auquel j’avais pas réfléchi : l’avion !

Et plus précisément : les repas en avion !
Je prends l’avion entre 45 et 60 fois par an (hors voyages d’affaires) et à chaque fois, je prends un repas végétarien (parce qu’il n’y a pas de repas flexitarien) mais il est servi dans des récipients en plastique :=(

En plus, il n’est pas possible d’utiliser les tupperwares, puisque les quantités de plastique sont prévues à l’avance. 

Du coup je précise bien avant le vol que je ne veux pas qu’on me serve un repas. A la place, je prends des barres de céréales qui sont emballées avec beaucoup moins de plastique (en plus, si le voyage est en Malaisie, l’huile de palme utilisée dedans est locale)

Voilà j’espère que mon expérience Zéro Déchet vous aura inspirée.
Depuis janvier, la totalité des déchets que j’ai produit / qui ont été produits pour moi tiennent dans un bocal de 50 cL

et ce bocal contient essentiellement des billets d’avion.

BREAKING NEWS

This week-end, famous comedian / love caoch / long distance homefather Bobbin once again crossed the line of the politically correct with his new t-shirt design :

« The cupcake community is mourning the death of all due respect » declares its President in an exclusive interview.

All borders have been closed as a reaction to what news reporters say could be « a turning point in pastry history »

Below-average IQ President Donald trump reaffirmed that his mother still makes the best cupcakes in the world. « Way better than any cupcake you could find in Israel » he said, confirming the allegations of an eventual all-out sugar war.

The Palestinian government is expected to hold a press conference this afternoon. Very little doubt remains that it will reclaim its part of the cake. « Don’t expect it to be a cakewalk » said our on-the-field, well-versed, 21-trisomied reporter.

Icing on the cake, French president Emmanuel Macron declared he would « make pain au chocolat great again » but didn’t take any measure thereafter, confirming his trend to remain nutty as a fruitcake. French southerners were definitely not pleased when confronted with the blatant lack of consideration for their very own chocolatine.

BOBBIN AND JENNIFER LOPEZ BACK TOGETHER ?

« I have several photos of Bobbin hanging out with Jennifer Lopez on Miami beach » says famous paparazzi Richard Photomaker. The rumor started on 9 am this morning and is now trending all over the social networks. Did Bobbin and J. Lo try to resume their relationship ?

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est 5efafda67edc879931de9041413ae6ee.jpg
Bobbin and Jennifer Lopez at the Golden Globe Awards in 2012

It’s hard to forget their breakup a few years ago : as Jennifer Lopez was performing the song « Apresúrate » during a concert of her True Love tour, Bobbin appeared on stage, visibly drunk, and started throwing feces all over the audience.

« That’s not an acceptable way to treat an audience » twitted Jennifer Lopez immediately thereafter. « Feces belong in the toilets. On stage, there is only music. »

Her fans seemed to agree with her, as this message was retweeted by 2.4 million people, including Buddhist celebrity Dalaï Lama’s official account, who also declared « Feces are a very private matter. Keep it to yourself and everything will be in its right place. Throw it on people and you alter the very balance of the universe.»

We contacted Bobbin on the phone but he refused to answer our questions. When asked about his son, he yelled « I was not hanging out with J. Lo at that time » 

« What a stupid assumption ! Jennifer would be his mother ? Why wouldn’t it be … I don’t know, the pope ? » he said, leaving us very confused as to the eventuality of a relationship between him and Pope Francis.